Le BESTOUAN

Situation:

La rivière du Bestouan est située à proximité du port de Cassis (13), à un mètre sous la surface de l’eau, juste en face du phare et au pied des falaises, l’embouchure de ce fleuve côtier est un véritable delta, avec de multiples conduits étroits où se réfugient régulièrement des congres.

L’entrée principale est à la verticale d’une poutre métallique qui soutient un muret quelque dix mètres au dessus de l’eau. Depuis les roches plates en face le port (sous le phare rouge) on devine nettement cette entrée dans le prolongement d’une lagune de sable clair.

coudou_033

Historique :….

Par mer calme et à fortiori lors des grosses crues, l’eau saumâtre qui sort en force est nettement visible par tous et la source du Bestouan est connue depuis la nuit des temps. Toutefois c’est seulement en 1945 qu’un scaphandrier marseillais occupé à renflouer un bateau coulé en travers de la passe du port de Cassis découvrit avec précision la plus importante sortie d’eau douce. Il fallut attendre 10 ans pour que des plongeurs de l’Office Français de la Recherche Sous-Marine osent pénétrer réellement dans la rivière. Ils atteignent ainsi le fond du puits à –15m.

En 1965, le Groupe d’Etudes et de Plongées Souterraines remonte la rivière sur 120 m et en 1966 atteint 400 m. A la même époque, les plongeurs de la SEM effectuent dans le cadre des travaux sur Port-Miou, diverses études sur le débit et la salinité de ses eaux.

En 1976, les membres du Comité Provence de la FFESSM reprennent l’exploration et parviennent à 470 m. A leur suite, deux plongeurs de la COMEX atteignent 620 m et Bertrand LEGER du Spéléo-Club de la Tronche butte à 770 m dans un cul de sac.

En février 1978, Claude TOULOUMDJIAN parvient à 1300 m de l’entrée après une série de plongées. Puis c’est au tour de Francis LEGUEN de porter le développement à 1400 m, arrêt sur zone de palier. En 1983 Claude TOULOUMDJIAN reprend le flambeau et atteint 1580 m, puis 1859 m et enfin 2050 m. Le Bestouan va être oublié quelques années, le temps que la technique évolue et que les audacieux explorateurs s’organisent, le temps des incursions en solitaire étant révolu pour aller au-delà d’un tel terminus. En 1989, c’est Francis LEGUEN qui reprend le premier l’exploration et s’arrête au point 2290 m.

Plongées de Marc Douchet :

En février 1990, deux pointes portent le développement à 2390 puis 2460 m.
Le 18/11/90, une nouvelle tentative nous amène à 2665 m pour 8 h d’immersion.
Le 16/01/91 progression de 35 m (plongée de 9 h).
Le 6/04/91 plongée à la palme terminus à 2900 m.
Le 11 mai 1991. Plongée de 10 heures terminus 2950 arrêt sur un dédale de trois  galeries en conduite forcée toutes impénétrables.

En 1992, nouvelle série de plongées pour trouver une hypothétique autre branche. Découverte de la galerie du Flou à 2440 mètres de l’entrée. Deux pointes portent son développement à 2590 m puis 2640 m (arrêt sous une surface).

Le samedi 20 février 1993, arrêt à 2890 m de la mer à la profondeur de –31 m dans une galerie de 3 m de section dirigée plein nord.
Nouvelle pointe le 20 mars 1993, arrêt sur trémie à 3000 m
Grande Galerie 2950 m, arrêt sur étroiture point bas -30
Galerie du Grand Flou 3000 m, arrêt sur trémie point bas -33.

Description :

Grande Galerie :

De nombreux griffons sortent à la base de la falaise. Seuls deux conduits sont pénétrables. L’entrée principale est un conduit étroit de 1 m de section à -1 m avec un fort courant même à l’étiage. Cette galerie d’environ 30 m de long reste peu profonde et mène au sommet d’un puits. A noter qu’il y a quelques cloches étroites le long de ce premier tronçon.
Le puits descend jusqu’à 15 m de profondeur. A sa base la galerie devient spacieuse : 3 à 6 m de large, 3 à 4 m de haut. La profondeur varie entre 20 et 24 m sous le niveau de la mer. La roche est franche mais un dépôt argileux important tapisse le fond. Vers 400 m, nous découvrons une superbe conduite forcée lessivée par le courant. Ici, la rivière descend jusqu’à 27 m le long d’une surprenante et imposante coulée stalagmitique. La hauteur du conduit se réduit soudainement : 1 m puis 0,7 m le courant est d’autant plus violent que la section est moindre. C’est une zone très boueuse. Les palmes ne suffisent pas à la progression, il faut enfoncer les mains dans l’argile pour avancer avec les inconvénients liés à la visibilité qui peut tomber à quelques centimètres.
Au point 650 m depuis l’entrée, le courant est condensé dans une section réduite (1 x 5), la rivière remonte sur une dune d’argile et frise la surface à moins 6 sans toutefois faire surface. Ce passage est particulièrement délicat à cause du courant. Il faut se tracter sur la corde en place. Les scooters ont du mal à remonter le courant. Sans scooter et sans corde il faut faire de l’escalade, sans les palmes, pour gravir cette pente à 45°. Sur la gauche il y a le départ cul-de-sac exploré par Bertrand Léger. Au point 700, la galerie stoppe dans une cloche.
Derrière la dune d’argile la rivière replonge rapidement le long d’une pente sablonneuse en laminoir. A partir de 700 m, la galerie reste principalement spacieuse avec une succession de passages plus larges et de salles très vaste (profondeur entre -22 et -28).
A 1400 m la rivière pose un nouveau problème technique, elle fait surface au profit d’une cloche étroite de 15 à 20 m de long. A noter que le plongeur peut franchir l’obstacle en immersion totale en se maintenant au sol (-2 au plus haut). Ce passage est un méandre déchiqueté de 1 m de large et de  2 à 4 m de haut. Il se développe sur prés de 100 m. Après cela la galerie reprend une allure plus confortable (3 x 3) en se maintenant vers -15. La direction générale fluctue de Nord à Nord-Est.
A 2150 m la rivière plonge à -30 m et se maintient jusqu’à 2460 m dans une profondeur supérieure à 24 m. la suite est très accidentée sur une centaine de mètres.  Le conduit ne fait plus que 2 à 3 m de diamètre et mène au point 2600 dans une salle de 15 m de section (-30). Suit une galerie de 4 x 4 qui va progressivement remonter jusqu’à -4 en se rétrécissant peu à peu (2 x 2). La suite est très chaotique avec des virages à 90°. Un peu après 2750 m, un puits de 2 m de section descend de -10 à -22 m. une lame franchie, et on se remonte par un puits parallèle à -20 pour finalement arriver dans une salle de 5 x 5 à 2900 m depuis la mer. Là, confluent 3 galeries en conduite forcée de 1 x 1 m. Le courant violent est très sensible dans les trois départs.

  1. Après le franchissement d’une étroiture difficile, le conduit se ramifie  en 2 branches impénétrables (à moins de décapeler…), arrêt à 2955 m à -16.
  2. 25 m de progression encore plus périlleuse avant d’arriver au terminus praticable (-20 fil rembobiné).
  3. 15 m de plus, arrêt à -16 après le franchissement d’une étroiture devant une patte d’oie (2 galeries impénétrables, fil rembobiné).

La direction générale varie entre NNO et NE.

La Galerie du Flou :

A 2440 mètres depuis la mer, vers -25, une zone de turbulence cache le départ en rive gauche de cette grande galerie parallèle avec un courant tout aussi violent que dans la galerie principale. A 2640 m depuis la mer, la rivière fait surface au profit d’une cloche qui mesure une dizaine de mètres de long sur 3 ou 4 mètres de haut. Le sol est une trémie d’effondrement jonchée de blocs. Faisant suite, la galerie plonge à 45 degrés jusqu’à moins 30m.
Vers 2750 m une trémie encombre partiellement la galerie. Celle-ci franchie, c’est une nouvelle bifurcation. A droite, un départ semi-horizontal est stoppé 10 m plus loin par une trémie infranchissable en capelé. Sur la gauche, un puits remontant sur près de 12 mètres nous conduit dans une galerie horizontale cylindrique de 2 m de section, Le courant est terriblement violent. Vingt à trente mètres plus loin, la galerie s’évase et remonte légèrement pour former une nouvelle trémie qui a stoppé les exploration depuis 1993 à 3000 mètres depuis l’entrée en mer.
A près de trois mille mètres de l’entrée, les deux bras parallèles du Bestouan, la Grande Galerie (2950 m -30) et la Galerie du Flou (3000 m -33) semblent rencontrer le même obstacle géologique qui empêche la poursuite des explorations.
Le développement total des conduits noyés explorés dans le Bestouan avoisine les 3800 mètres.

Marc DOUCHET

Nous contacter

Merci de nous laisser un petit message auquel nous répondrons très rapidement

Commencez à écrire le texte à rechercher